Matière Mobile

Résidence artistique de Dominique Peysson

Affiner mes protocoles expérimentaux

Éthanol et isopropanol.

Publié le dimanche 8 mai 2016, par Dominique Peysson

En attendant d’avoir extrait plus de mon ADN, j’en profite pour continuer mes lecture sur l’extraction d’ADN.

Je me réfère, maintenant que je me considère comme plus expérimentée, à des descriptifs concernant les laboratoires, qui vont donc rechercher à obtenir un ADN le plus pur possible, et à partir de toutes petites parties de cellules au départ.

J’affine aussi mes protocoles en testant plusieurs quantités, températures, modalités de mélange, de précipitation… Il y a aussi tout un petit jeu possible en précipitant dans de l’éthanol mélangé à de l’isopropanol des proportions très précises (car l’ADN précipite mieux dans l’isopropanol...

... mais il est alors plus difficile à voir, et il faut ensuite le reprécipiter dans l’éthanol).

Un mélange à 70 % d’éthanol semble un bon compromis.

Et ensuite : on peut laver et relaver l’ADN obtenu dans de l’éthanol pour enlever tous les résidus de sel et autres choses qui pourraient rester après avoir récupéré notre méduse…

Si du tissu entier est choisi comme matériel, surtout s’il est riche en tissu conjonctif, il faudra d’abord libérer un maximum de cellules. On utilisera aussi un enzyme comme la collagénase pour briser les fibres de collagène empêtrant les cellules.