Matière Mobile

Résidence artistique de Dominique Peysson

La tour de Babel : jusqu’au ciel

Pointer vers l’infiniment grand et l’infiniment petit...

Publié le mardi 15 mars 2016, par Dominique Peysson

Quels liens entre la tour de Babel et les matériaux ? De l’infiniment grand à l’infiniment petit...

La Tour des Babels avance par contre tout en douceur. Un terme extrait des mathématiques, mais utilisé en physique, me semble porteur : angle solide. Je le mets dans un petit coin de ma tête.

Bien, reprenons l’histoire de Babel. Peu après le Déluge, alors qu’ils parlent tous la même langue, les hommes atteignent une plaine dans le pays de Shinéar et s’y installent tous. Là, ils entreprennent par eux-mêmes de bâtir une ville et une tour dont le sommet touche le ciel, pour se faire un nom. Alors Dieu brouille leur langue afin qu’ils ne se comprennent plus, et les disperse sur toute la surface de la terre.

Deux choses sont importantes : d’une part l’homme qui cherche à atteindre l’infini, et ensuite le fait qu’il ne pourra y parvenir, qu’il sera puni d’avoir osé vouloir y parvenir… Car monter jusqu’au ciel, n’est-ce pas monter jusqu’aux cieux ? La notion de collectif (et de ses limites) tient ici bonne place. Chercher à nous propulser dans l’univers infini, et de maîtriser le nanoscopique, c’est encore une fois construire cette tour de Babel… Construire avec de petites briques : c’est une image qui est très utilisée dans notre imaginaire. La métaphore de la brique est d’ailleurs très critiquée par les chimistes du tout petit….

Une tour qui pointe d’un coté vers l’infiniment grand, et de l’autre vers l’infiniment petit, comment est-elle donc ?

Peut-être faudrait-il une tour inversée, tête en bas, suspendue dans l’espace. Pour ne pas la limiter dans l’espace : les briques pourront rétrécir aussi longtemps qu’elles le voudront sans atteindre le sol, et les grandes briques pourront croître jusqu’à l’espace…
Cela me fait penser au disque de Poincaré. Soit un monde comme un disque, et une loi qui fait que plus nous nous approchons du contour de ce cercle fini, plus nous diminuons en taille. Notre monde alors nous paraîtra infini, car jamais nous ne pourrons atteindre son extrémité… Imaginer ce monde de Poincaré est quelque chose qui me dit bien….

Quels matériaux utiliser pour les briques : à chaque échelle de taille, un matériau qui lui parle précisément (résine, béton, ADN ?). A chercher.